Il n'y a pas mieux: le système de formation dual et ses avantages

La formation professionnelle fournit une solide base professionnelle à deux tiers des jeunes Suisses. Elle constitue la base de l’apprentissage tout au long de sa vie et offre une multitude de perspectives professionnelles.

erfolgsfaktoren_920px.jpg

La formation en entreprise et en école professionnelle spécialisée constitue la principale forme de formation professionnelle. Environ 250 métiers sont proposés.

Les formations se basent sur les qualifications professionnelles véritablement demandées et sur les emplois disponibles. Ce rapport direct avec le monde du travail permet à la Suisse de présenter le plus faible taux de chômage des jeunes par rapport aux autres pays d’Europe. La perméabilité est très importante dans ce contexte: les jeunes professionnels ont accès à tout moment aux formations continues.


Conseiller fédéral Schneider-Ammann: «Les invités internationaux sont régulièrement impressionnés»

schneider_ammann_920px.jpg

L’engagement volontaire des entreprises et la formation axée sur la demande sont deux piliers de la réussite du système de formation professionnelle dual suisse, selon le chef du Département fédéral de l’économie de la formation et de la recherche, Johann Schneider-Ammann, dans une interview publiée par le magazine des membres de l'UPSA «AUTOINSIDE» 03/2014.


Monsieur Schneider-Ammann, la formation professionnelle suisse est un modèle de réussite. Son succès n’est-il dû qu’au système de formation dual?
Johann Schneider-Ammann: Notre système, construit sur un principe dual, est fantastique, c’est certain. Mais le volontariat des entreprises est également un facteur décisif de notre succès. C’est grâce à lui que la motivation et l’engagement sont au rendez-vous, et cela rapporte des bénéfices aux personnes en formation. Le symbole de la réussite, c’est le quasi-plein emploi de nos jeunes, qui trouvent rapidement du travail sur le marché et y restent. Pour moi, c’est le trait distinctif le plus important de notre système.

Régulièrement, nous recevons la visite de délégations étrangères qui viennent pour s’informer sur notre système de formation professionnelle. Pouvez-vous citer quelques-unes d’entre elles?
Johann Schneider-Ammann: Elles viennent de partout: d’Algérie, d’Espagne, du Sénégal, des Etats-Unis ou encore du Vietnam. Elles souhaitent savoir, par exemple, comment nous faisons pour garantir un emploi à presque tous nos jeunes. Et comprendre la recette du système dual. Pour ce faire, les délégations viennent à Berne, à l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle, mais également dans les entreprises formatrices.

Quelles sont leurs réactions?
Johann Schneider-Ammann: Elles sont toujours étonnées par le fait que l’Etat ne fait pas que former, mais qu’il assume également son rôle sur le plan théorique. Nos invités internationaux sont impressionnés par la bonne collaboration entre l’école et les entreprises, une coopération qui fonctionne, qui plus est, sur une base de volontariat. Naturellement, les entreprises y voient également leur intérêt à long terme: il faut investir dans la jeunesse pour assurer la relève. Mais le système ne fonctionne que si l’on forme ces jeunes dans les secteurs et la direction requis par le marché. En outre, la formation axée sur la demande dynamise considérablement l’entrée dans le monde professionnel.

Quelle importance revêt le travail des associations dans le domaine de la formation professionnelle?
Johann Schneider-Ammann: Les associations jouent un rôle central, car elles sont responsables de la définition et du maintien à jour les contenus de la formation pour la branche. Elles savent comment la technologie évolue et peuvent indiquer dans quelle direction la formation professionnelle doit s’orienter.

 
 

Vous trouverez l'intégralité de l'interview dans «AUTOINSIDE» 03/2014


Informations complémentaires

Le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI dispose de toutes les informations sur la formation professionnelle en Suisse
 
Formation professionnelle en Suisse: données et faits 2014

vers le haut